Chapitre 28. La première nuit à l’ancre.

-J’espère tellement qu’on va croiser des bateaux avec d’autres enfants rendu aux Bahamas, dis-je excitée.
-Mike a dit qu’on va en rencontrer PLEIN dans les Exhumas.
-Ouin, ben c’est pas tout de suite pour les Exhumas. J’espère que ça nous prendra pas un mois arriver là…
-Je te comprends, j’ai tellement hâte de enfin pouvoir espérer pêcher un poisson. J’ai installé une ligne avec un hameçon derrière le bateau. Je suis pas trop confiant de mon affaire…

On regarde le profondimètre tandis qu’on jase de tout ça. Soudainement :

-Hmmm, pas de profondeur affichée. C’est trop creux.
-Regarde Sam! 450 pieds! On est en train d’arriver au plateau des Bahamas.
-250 pieds! Hey, ça remonte vite le fond!
-Sam! La couleur de l’eau est en train de changer de couleur au fur et à mesure que ça devient moins creux!
-Hmmm. Ça vient vraiment plus vite que je m’attendais… je pense qu’on va ralentir un peu notre vitesse.
-100 feet! Sam! 100 pieds de profond!
-53 feet, ben voyons, c’est fou!

Sam commence à re-regarder les cartes pour être sûr qu’on est sur le bon chemin et qu’on ne va pas entrer en collision avec des rochers ou des bancs de coraux.

-28 pieds! C’est un peu stressant Sam.
-19 pieds…
-15… 14… 12… 11…10 pieds…
-Je savais que le plateau était abrupte mais là c’est juste débile.

Le profondimètre arrête de changer. Il reste avec 10 pieds pour indication.

On regarde autour de nous. Aucun de nous deux n’avait pensé que l’eau était SI belle!

 

L’eau est claire et limpide comme dans une piscine. On compte les étoiles de mer au fond de l’eau. On voit chaque poisson, chaque corail, distinctement sans efforts.

Il paraît que les Bahamas sont un paradis sur terre. Je le crois maintenant. C’est émouvant tellement c’est beau.

 

-Sam! Il y a un poisson sur ta ligne!
-DÉJÀ??!

Nous sommes fasciné par les incroyables couleurs du poisson. C’est un maquereau espagnol. Plus tard on s’installe à l’ancre devant une île déserte, Mangrove Cay.

-L’ancre est-elle bien prise au fond Cass? Dis-moi, y’a de la tension dans la chaîne ou pas?
-Fais juste venir voir par toi-même!
-C’est quoi c’est devinette là?
-On voit l’ancre dans le fond. Pas besoin tenter de savoir si elle est bien prise. Faut juste regarder!
-WOWWWWW!

On s’est baigné longuement autour du bateau avec les enfants cette journée-là. Disons-le, sauter de son bateau dans les eaux magnifiques des Bahamas, c’est assez malade!

Puis soudainement, on sursaute. Au loin, on entend clairement un :

-SALUT!

Hein? Ben voyons. Qui passe en disant ”Salut” plutôt que ”Hello”? On se retourne et on voit un bateau en train de s’ancrer près de nous. En plus du drapeau du Canada, ils battent le drapeau du Québec. Eh bien! La vie est parfois surprenante.

-SALUT!, leur crie Salty tandis que Matey fait des gestes de bonjour quasi théâtraux.

À ce moment, des petites têtes curieuses sortent sur le pont de leur bateau. Des petites têtes d’enfants!
1…2…3…4…

Attends, 4 enfants? DÉJÀ!? Nous sommes enchantés! On leur dit :

-Hey! Ça vous dirait de venir à bord de notre bateau et célébrer votre traversée avec nous? Nos enfants seraient ravis d’avoir des amis!
-Génial! On arrive!

Et c’est ce qui scella le début de notre voyage en compagnie de la petite (grosse) famille à bord du bateau la Metta.

Ce soir-là, une fois les enfants au lit, Sam et moi regardions autour de nous dehors. On ne voyait que la lune et la nuit était noire. On peinait à voir l’île à côté de nous.

-C’est fou de penser à la couleur de l’eau Sam!
-Et que j’ai attrapé un poisson la première journée!
-Tellement! Et qu’on a rencontré des familles avec des enfants! J’étais inquiète pour rien, tsé.

On resta silencieux, dans le cockpit du bateau, épuisés de cette longue journée. Mais surtout en se sentant tellement privilégiés de l’endroit où nous ont menés nos choix de vie.

-Sam. Tu te rends compte que si on se dirige au nord en partant de là où on est, on a juste à tourner à l’ouest pour rentrer dans le St-Laurent et revenir à Québec! Que l’océan est droit devant nous. C’est incroyable de penser à ça.
-C’est vrai.

Il leva son verre de vin et ajouta :

-Mais partons plutôt vers l’est demain. Y’a encore des poissons que je veux attraper.

You may also like

4 Commentaires

  • Sylvain February 21, 2019   Répondre →

    Sors ta canne à pêche ton père arrive et y a ben envie d’ouvrir des ti poissons aux gros bedons
    Démêle ta ligne et aiguise tes hameçons. Affile ton couteau et sors ta planche à découper.
    Sally aura un collier de dents de requin et Mateo aura un ailerons de requin sur son tracteur.
    Si il y a du ketchup, nous feront tout un snack

    À tantôt xxxx

    Sylvain pêcheur de mer en fils

    • cass March 12, 2019   Répondre →

      Salut Sylvain, comme tu sais, on a du Ketchup. J’attends toujours mon poisson pour souper! héhé!

  • Danielle Houle February 22, 2019   Répondre →

    WOW !!! QUE D’AVENTURES !!! Le monde est petit quand même ? Une famille de québécois, comme vous, SUPER !!! Raymond et moi, on se demande, est-ce qu’il y a une loi internationale par rapport à la navigation qui oblige les bateaux à avoir un drapeau du pays d’origine ? Curiosité !!!

    Et c’est quoi les ”Exhumas” ? Une joke ou autre ? Instruisez-vous ! Hi ! Hi ! Hi !

    On vous embrasse !!! XOXO XOXO XOXO XOXO

    • cass March 12, 2019   Répondre →

      Oh! le monde n’est pas si petit. Il y a énormément de Québécois 🙂 Oui, c’est obligatoire de “battre” le drapeau de son pays d’origine. Finalement, les Exhumas c’est une partie réputée des Bahamas avec des plages à couper le souffle.

Laissez-nous un message