Chapitre 13. La fin des vacances 2017

Les jours ont passé et on est retourné à la maison après de fantastiques vacances avec les enfants sur notre petit voilier. Et POUF!
juste comme ça, les vacances étaient déjà finies. Sputnik était de retour à sa place. Alors que Sam attache les amarres au quai, je me dis que j’en voudrais plus. Je brise le silence:  

– J’arrive pas à croire que nos 5 semaines de vacances sont déjà terminées.

– Ouais, je sais. Je voudrais que ça dure vraiment plus longtemps.

– Même après toutes les badlucks qui nous sont arrivées?

– De quoi tu parles Cass?

– Ben! l’anode qui a dévissé sous le bateau.

– Y’a fallu que je plonge pour la fixer, mais rien n’était brisé. Et c’était vraiment pas si pire, surtout qu’à Baie-Des-Brises l’eau est super belle et chaude!

– Mmm…j’avoue. Et puis la fois quand on s’est ancré dans presque pas assez d’eau et qu’on s’est ramassé pris!?

– Tu dramatises Cass. On a été pogné 5 minutes, le temps de bouger le bateau en faisant marche arrière. En plus, on était dans du sable, pas des roches. C’est vraiment pas ma définition d’une badluck.

– Ok, ok. T’es en train de dire que rien de mal n’est arrivé?

– C’est pas ça que j’ai dis!

Il fait une pause. Il reprend:

– Salty a réussi à se prendre le bras dans la porte automatique de l’épicerie.

– Oh c’est vrai…pauvre cocotte!

– Et puis, on a couché sur les divans de la cuisine et replié les sleepings tous les jours.

– C’est vrai! et moi j’ai perdu ma meilleure tasse de café. As-tu remarqué qu’elle manquait?

– Mmm… c’est curieux…

On se regarde, blâmant secrètement les enfants en se demandant “est-ce que j’aurais MOI oublié la tasse sur le pont du bateau avant de partir à voile? Non…ça doit être les enfants…hein…”. Nos mésaventures n’ont eu rien de différent que ce qui se passe tous les jours: se faire prendre dans une averse sans manteau de pluie et bottes, les assiettes de spaghetti des enfants qui tombent sur le plancher, ou qui ne dorment pas (thématique récurrente chez nous!)…Enfants étant la variable dans les désagréments. Sam continue:

– Je m’ennuie déjà de nos vacances. – T’as pas l’impression que je deviendrais madame Pète Sa Coche en étant avec les enfants tout le temps? – C’est vraiment dur par bout c’est vrai. Mais c’est aussi intensément satisfaisant. Je suis tellement reconnaissant d’avoir vu Salty crier d’excitation en se baignant dans le fleuve autour du bateau. Elle jubilait! Voir Matey commencer à marcher dans le bateau, et qu’il soit si fier parce que même si ça bouge, tout est proche et il y a toujours quelque chose sur quoi il peut se tenir. Tu sais, ces petites choses là. Je veux être là pour le plus possible Cass. Même si ça me rend fou à tous les jours.

Un cheval improvisé. Le bonheur qui ne demande rien.

Il s’arrête net. Il prend un air que je n’ai pas vu souvent chez Sam et me dit:

 

-Je ne sais pas si je vais tenir Cass. Le rêve de partir en voilier est trop fort. 2021, notre date prevue, c’est juste trop loin. J’ai peur que la vie de banlieue m’aspire à coup de toit de maison à refaire et gouttières à déboucher et qu’on ne le fasse jamais pour vrai.

-…Ok… On le fait LÀ.

-Quoi?

-On le fait LÀ, MAINTENANT! On s’en fout de partir avec des couches à laver pour Matey et qu’il soit si jeune. On n’attendra pas qu’ils dorment la nuit, ça peut prendre encore du temps parti comme c’est là. On peut le faire. La maison va peut-être se vendre vite. Vendons Sputnik qui est trop petit, vendons ce qui reste, gardons le minimum et..

-Trouvons un bateau qui plus avec un vrai lit pour nous.

 

Il a recommencé à sourire.

 

– T’es sûre Cass?

– Oui. On est prêts Sam.

 

Dring dring.

“Allô…? … Hein?! Raccroche.

 

-Sam! la maison est vendue déjà!!! On est officiellement dans le jus et pas prêts!!!!

 

Vent d’excitation et de panique. Le compte à rebours est commencé…

 

Un bain dans un sceau? Oui!
... quand c'est le sourire en retour, on s'en fout!
On a besoin d'un vrai garde-robe en plus d'un vrai lit pour le prochain bateau...

You may also like

One comment

Leave a comment